Boucles Clavieroises - La course

Evrard et les David, rois du "Monté-Clavier"
Boucles Claviéroises 
Photos, et vidéos
 

 

 

 

Evrard et les David, rois du "Monté-Clavier"

 

Ici photos  "MS Studio"

   Christophe Wilmet                                                                 Pascal Menten
   

             Une chose est certaine, l'épreuve tracée sur les routes des anciennes Boucles de l'Ourthe a réussi son retour. Aussi enneigée que verglacée, les faits de course s'y sont multipliés parmi la septantaine de courageux qui ont démarré l'épreuve. Si David Schmetz figurait parmi les favoris, il a clairement assumé son rôle. Par contre, la belle surprise venait de David Graindorge qui a su éviter tous les gros pièges pour s'imposer à domicile. Enfin, Jacques Evrard l'emportait en historique après une bagarre très intense durant la journée.

             De mémoire de suiveurs, rares étaient ceux à pouvoir se souvenir d'une telle édition en rallye moderne belge ! Dimanche matin, les routes des mythiques spéciales de Clavier, Terwagne et Atrin étaient recouvertes d'une bonne couche blanche qui ravissait les spectateurs et une partie des équipages. En effet, et pour diverses raisons, une bonne dizaine d'entre eux déclaraient forfaits parmi lesquels Léonard, Rousselle, Henrard ou encore Grignet qui aurait pu avoir leur mot à dire sur un tel parcours.

             Dès la première spéciale de Clavier, identique à la dernière reprise par le Condroz jusque Bois-Borsu, il fallait se méfier de chaque freinage et particulièrement d'un T à droite où presque la moitié des concurrents iront à l'erreur. Auteur du premier scratch devant… Yannick Bodson (en Prov'Historic) et Cédric Blaise (premier leader des divisions 1-2-3 !), Dominique Jullien (Mitsubishi Lancer Evo 8) aurait dû s'imposer si son moteur ne le lâchait pas en cours de journée. Avec sa petite Ford Fiesta R2, Thierry Gilain prenait alors le commandement de l'épreuve, le temps que David Graindorge (Subaru Impreza) s'applique pour exploiter toute la motricité de sa monture. A 300 mètres de chez lui, où le contrôle technique était d'ailleurs effectué, David signait une première victoire à laquelle il n'aurait jamais pensée : "Quelle belle surprise, je ne m'attendais pas du tout à cette victoire ! Et dire que j'ai failli arrêter après la première où j'ai multiplié les erreurs. Je n'ai jamais pensé à cette victoire qui devait revenir à mon ami Dominique Jullien que je fréquentais déjà à l'école primaire du village…" Derrière, Xavier Baugnet n'avait pas eu peur d'étrenner la nouvelle Peugeot 208 qu'il aurait également pu imposer sans une erreur dans le fameux piège de Clavier. A l'arrivée, il s'enchantait des performances d'une nouvelle monture qui s'annonce bien comme la nouvelle référence en R2. Au pied du podium, Jean-Pierre Destrument (Mitsubishi Lancer Evo 9) payait également cher une sortie matinale tandis que William Wilkin (Renault Clio R3) s'imposait en 4-13.

             Du côté des utilisateurs de pneus (neige…) conventionnels, le duel de Clio attendu entre Maxime Warlomont et David Schmetz aura bien eu lieu jusque dans la troisième spéciale. Malheureusement, le probable futur pilote VW en national perdait de précieuses minutes quand son moteur refusait tout service après le passage d'un gué. Avant eux, ce sont pourtant Cédric Blaise (Citroën Saxo) et surtout Thomas Delrez (Peugeot 106) qui se succédaient en tête. Collant près de deux minutes au futur vainqueur dans la première boucle, la révélation de la saison précédente aurait clairement eu son mot à dire sans un moteur cassé dès la quatrième spéciale. De quoi permettre également à Guy Grosjean (Peugeot 205) de connaître les joies du leadership devant Thibault Leloup (Opel Astra) puis Nicolas Blérot (Peugeot 106) qui profitaient d'un numéro plus gros qui leur valaient un tracé un peu moins délicat. C'est donc dans la sixième spéciale que David Schmetz prenait le leadership pour ne plus le quitter. Derrière lui, Raphaël Beaufort (Clio) alliait vitesse et intelligence en course pour échouer à une petite minute de la victoire devant son papa Dino, un des premiers organisateurs des anciennes Boucles. Enfin, la dernière place du podium revenait finalement au local Pierre Fabry (Peugeot 206) qui créait la surprise en s'imposant devant Jean-Frédéric Collignon, néanmoins auteur d'une très bonne course.

             Deuxième leader de l'épreuve, Guy Grosjean résistait à certaines montures plus puissantes quand les conditions s'amélioraient et il pouvait conserver un inoubliable top 5 ! Sans une erreur dans la spéciale show de Terwagne, Stéphane Boelens pouvait également prétendre au podium sur lequel Charles Blérot avait pu s'installer durant la journée. Intraitable en classe 4, le licencié luxembourgeois collait presque cinq minutes au deuxième de classe, Michaël Pirnay, qui terminait déjà à une bonne 17ème place. Dans ces conditions où "sans maîtrise, la puissance n'était rien", on ne pouvait pas passer sous silence les exploits de Dominique Genten qui était tout simplement irrésistible avec sa spectaculaire BMW 325i. Profitant d'une crevaison de Grégory Vanherle, en tête de classe 8 après le retrait de Delrez, Andy Huberty (Honda Civic) ralliait l'arrivée et s'offrait la victoire de catégorie, tout comme Jean-Michel Daffe (Renault Clio) et Joël Brasseur dans la division 1 et respectivement en 1-3 et 1-1.

             Avec 16 équipages au départ, la catégorie historique était également attendue sur les spéciales, d'autant plus qu'elle ouvrait la route. Un superbe deuxième chrono tout confondu dans la première aura encore prouvé toute l'intelligence et la maîtrise de Yannick Bodson malgré ses appréhensions par rapport à la très efficace et nouvelle Ford Escort de son copilote Hughes Lecomte. Malheureusement, un problème mécanique réduisait toutes leurs chances dès la spéciale suivante. Ancien vainqueur de l'épreuve, Marcel Laval (Opel Ascona) prenait conjointement la tête des anciennes avec Jacques Evrard (Porsche 911). Un duel qui ne cessera pas durant toute la journée puisqu'avant la dernière, Laval repassait en tête pour une seconde. Néanmoins et alors que la neige retombait, Evrard parvenait à reprendre la victoire pour quatre secondes ! Avec une autre Ascona engagée en Prov'Historic S/R (catégorie réservée aux montures qui n'ont plus toute la mécanique d'époque), Vincent Cornet montait virtuellement sur le podium. Officiellement, celui-ci était occupé par Maxime Hébrant (Opel Manta) qui devançait Dominique Wéry, vainqueur de la petite classe 16 après une spectaculaire course en BMW 1602.

  

Prochain rallye liégeois : Hannut, le 10 mars

  

CLASSEMENTS (complets sur http://www.ddrt.be/ddrt_002.php)

Photos: Valentin Mathieu

Division 4 :

1. D. Graindorge-S. Govaerts (Subaru Impreza STi-1er 4-14) en 1h43'55
2. X. Baugnet-A. Goffin (Peugeot 208 R2-1er 4/12) +1’50
3. Th. et C. Gilain (Ford Fiesta R2-4/12) +3'16
4. J-P. Destrument-J-Fr. Marché (Mitsubishi Lancer E9-4/14) +6’57
5. S. Crommen-L. Gérard (Citroën C2-R2-4/12) +20’46
6. W. Wilkin-D. Verdière (Renault Clio R3-1er 4/13) +28’00

(6 classés) 

Divisions 1-2-3 :

1. D. Schmetz-Cl. Pirotte (Renault Clio RS-1er 3/10) en 1h44'21
2. R. Beaufort-M-L. Brouir (Renault Clio RS-1er 2/6) +54"
3. P. Fabry-K. Brusseel (Peugeot 206 XS-1er 3/9) +2’45
4. J-Fr. Colignon-P. Bourguignon (Citroën C2-R2 Max-3/9) +3’28
5. G. Grosjean-S. White (Peugeot 205 GTi-1er 2/5) +3’32
6. St. Boelens-G. Godinas (Renault Clio RS-3/10) +3’51
7. N. Blérot-C. Henkinet (Peugeot 106-1er 2/4) +4’39
8. Chr. et S. Thomas (Peugeot 106-2/5) +5’28
9. Th. Leloup-D. Wybo (Opel Astra GSi-2/6) +5’52
10. M. Van Dyck-M. Goka (Toyota Yaris-3/9) +6’15
11. D. Genten-Ch. Rosen (BMW 325i-1er 3/11) +6’47
12. T. Jacquemin-A. Pirotte (Peugeot 106-2/5) +6’59
13. S. Hubin-J. De Santis (Opel Corsa GSi-2/5) +7’13
14. C. Blaise-S. Urbany (Citroën Saxo 16v-2/5) +7’53
15. D. Bosseloir-St. Creffier (Opel Astra GSi-3/10) +8’19
18. A. Huberty-M-Fr. Gillon (Honda Civic-1er 3/8) +10’32
22. J-M. Daffe-P. Declercq (Renault Clio RS-1er 1/3) +12’00
34. Jo. et Ju. Brasseur (Peugeot 106 Rallye-1er 1/2)   +25’55

(36 classés)

Prov'Historic :

1. J. Evrard-W. François (Porsche 911-1er PH/18) en 1h25’09
2. Mar. et Max. Laval (Opel Ascona B-PH/18) +4"
3. M. Hébrant-D. Derrez (Opel Manta i200-1er PH/17) +1’32
4. D. Wéry-P. Bielen (BMW 1602-1er PH/16) +5’24
5. S. Cruysberghs-S. Monnen (Talbot Sunbeam Ti-PH/16) +7’39       

(8 classés)

Prov'Historic SR

1. V. Cornet-Br. Modave (Opel Ascona i240-1er PH/SR) en 1h26’36 

(1 classé)

 

---

Toutes les infos du sport automobile liégeois sur www.csap-liege.be

Service Presse : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - 0498/82.25.66

 

Haut de la page

Nos partenaires

speedaction2.jpg - 21.00 Kb