Critérium Jean-Louis Dumont - La course

hansen.jpg - 62.32 KbMichaël Henrard et Maxime Warlomont
« à la seconde »,
Débuts réussis pour Lionel Hansen sur la Peugeot 307 WRC

Vidéos

 

 

Critérium Jean-Louis Dumont, le 15 septembre 2013

Michaël Henrard et Maxime Warlomont « à la seconde »,
Débuts réussis pour Lionel Hansen sur la Peugeot 307 WRC

Vidéo: Pascal Menten

 

Globalement épargnée par la pluie, la seconde épreuve Hesbignonne de la saison du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des Rallyes a logiquement sourit à Lionel Hansen (Division 4) et Philippe Czaplicki (Prov’Historic). Dans les Divisions 1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, les Renault Clio RS ont monopolisé le podium avec une victoire sur le fil pour Michaël Henrard.

Ouvrant le championnat en Mars dernier avec le Rallye de Hannut, la Hesbaye nous proposait son second rendez-vous de l’année pour le traditionnel Critérium Jean-Louis Dumont disputé dans la région de Waremme, d’où était originaire ce pilote trop tôt disparu. Avec 105 concurrents au départ, une météo plus clémente que prévue et un timing respecté à la lettre, les sources de satisfactions ne manquaient pas tant pour le public que pour les organisateurs.

Dans la division 4, réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition, Lionel Hansen faisait figure de grand favori au volant de la Peugeot 307 WRC qu’il vient récemment d’acquérir. Lauréat l’an dernier, le pilote-ingénieur venait prendre en main son nouveau bijou, une monture ex-Gronhölm, pilotée encore l’an dernier par Freddy Loix en France et déjà vue chez nous aux mains de Bruno Thiry lors du Rallye du Condroz 2006. Au terme d’une course parfaite, au cours de laquelle il passait en revue toute une palette de réglages, notamment au niveau des suspensions, la victoire tombait presque comme la cerise sur le gâteau. Derrière, une belle bagarre opposait Hubert Deferm et Patrick Diels tout au long de la course. Coupable d’une petite erreur sur sa jolie Peugeot 207 S2000, le régional de l’étape mettait la gomme dans la dernière spéciale pour s’offrir le scalp du pilote de la BMW qui n’avait pu éviter une pénalité routière de 10" suite à un support de boite récalcitrant. Découvrant le pilotage de la 10ème version de la Mitsubishi Lancer, Jean-Yves Laruelle aurait pu les inquiéter sans une crevaison dans la spéciale initiale. Une légère touchette, dans laquelle il endommageait son radiateur, mettait définitivement fin à sa course. Au pied du podium, Wim Lootens confirmait que les BMW sont assurément à l’aise en Hesbaye. Le précédant au matin, Yves Doha plaçait sa Subaru Impreza au 5ème rang, ce qui reste un excellent résultat pour un pilote ne roulant plus qu’occasionnellement. Enfin, également au volant d’une BMW, « Gazman » engrangeait une seconde victoire en classe 15 après celle acquise à la Famenne, un mois plus tôt.

Dans les divisions 1-2-3, après un départ en trombe, Raphaël Beaufort avouait ne plus pouvoir suivre le rythme de ses deux camarades de jeu qu’étaient Maxime Warlomont et Michaël Henrard. Sur sa version Gr.N de la Clio il pouvait déjà se montrer satisfait de grimper sur le podium les laissant en découdre à coup de secondes pour la victoire finale qui tombait dans l’escarcelle de Michaël Henrard pour une minuscule seconde ! Au pied du podium c’est une sympathique lutte familiale qui captivait l’attention des suiveurs puisque Julien Delleuse se crachait dans les mains pour devancer son papa, Christian. Au volant d’une Opel Astra GSi, propriété de son copilote Guy Burniat, le paternel devait avant tout retrouver ses sensations puisqu’il n’avait plus piloté de traction avant depuis 30 ans et sa dernière course en Fiat 128 ! D’excellents chronos en fin de course l’auront rassuré quand bien même il échouait à 4" de son fiston, brillant vainqueur de la classe 9. Une catégorie où, sans leurs retraits,  Francis Listrez (mécanique) et Christophe Ledent (support de boite pour ses retrouvailles au volant d’une Citroën C2 R2) auraient pu briller. Derrière le quintet de tête, Jean-Michel Dumont faisait débuter sa « nouvelle » Renault Clio RS mais se plaignait d’une voiture encore perfectible à divers points de vue. Il devançait la version Gr.N de Dany Bragard, toujours bien le coup pour le championnat à l’inverse de David Schmetz qui avouait être passé à côté de son sujet, notamment suite à ses soucis mécaniques rencontrés lors de la manche précédente et qu’il n’avait pu résoudre correctement. Dans les autres catégories, difficile de passer sous silence l’excellente prestation du tandem Laurent Secrétin/Bernard Heine, nets dominateurs en classe 5 et pointant même dans le top 10 du général. Leur retrait en fin de course (fuite d’huile) offrait les lauriers à Damien Denis. Dans la 8, si Thomas Delrez prenait le meilleur départ il écopait ensuite d’une pénalité de 10" et se laissait déborder par un Jean-Michel Lacaille en grande forme. Dans la 11, Bruno De Wilde se montrait intouchable de bout en bout. Un scénario identique dans la 4 pour Michaël Pirnay qui devait cependant surveiller Charles Blérot en début de course.

Enfin, l’annexe historique voyait la domination de la jolie BMW 2002Ti de Philippe Czaplicki devant les Opel de Valentino Niro et Francis Pesser. Au pied du podium Marc Stickelmann remportait la classe 16 sur sa Toyota Celica.

 

FICHE TECHNIQUE – CRITERIUM JEAN-LOUIS DUMONT

Huitième manche du Championnat FWB des Rallyes

Météo : Globalement sec mais humide le matin suite aux pluies nocturnes.

Partants : 105

Classés : 70 (66,6%)

Principaux abandons : Patrick Clajot (moteur ES1); O. Renaud (moteur ES1); Jean-Philippe Moes (ES3); Dany Claesen (sortie ES4); Francis Listrez (mécanique ES5); Marcel Cailloux (embrayage ES5); F. Jamoulle (ES6); Peter Kaspers (sortie ES6); C. Ledent (support de boite ES6); J. Linchamps (boite ES7); Roland Delhez (boite ES9); Jean-Yves Laruelle (cardan ES9); L. Secrétin (ES10).

 

Prochaine épreuve : JMC  Rally, le 19-20 octobre

 

Photos: Valentin Mathieu

Division 4 :

1. L. Hansen-A. Toubon (Peugeot 307 WRC-1er 4/14) en 1h07'04
2. H. Deferm-A. Poulain (Peugeot 207 S2000-1er 4/13) +3’20
3. P. Diels-P. Flas (BMW M3 E36-4/14) +3’22
4. W. Lootens-B. Minne (BMW M3 E36-4/14) +4’29
5. Y. Doha-K. Degueldre (Subaru Impreza STi-4/14) +4’41
6. C. Depreay-J. Monjoie (Ford Escort Cosworth-4/14) +5’54
7. D. Graindorge-P. Grenier (Subaru Impreza STi-4/14) +6’27
8. E. Deveux-P. Vandersmissen (Mitsubushi Lancer Evo10-4/14) +6'44
9. O. Docquier-D. Helson (Ford Escort RS2000-4/13) +7’19
10. P. Hellings-A. Mawet (Subaru Impreza STi-4/14) +8’15
14. “Gazman”-P. Wuestenberg (BMW M3 E36-1er 4/15) +12‘03

(17 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. M. Henrard-J-M. Lacaille (Renault Clio RS-1er 3/10) en 1h11’19
2. M. Warlomont-E. De Bolle (Renault Clio RS-3/10) +1"
3. R. Beaufort-N. Parmentier (Renault Clio RS-1er 2/6) +33"
4. J. Delleuse-T. Brassine (Opel Corsa GSi-1er 3/9) +2'01
5. C. Delleuse-G. Burniat (Opel Astra GSi 16v-3/10) +2’05
6. J-M. Dumont-N. Docquier (Renault Clio RS-3/10) +2'41
7. D. Bragard-F. Schmitz (Renault Clio RS-2/6) +2‘46
8. D. Schmetz-J. Bos (Renault Clio RS-3/10) +3'08
9. C. Tordeurs-T. Jadot (Renault Clio RS-2/6) +3‘22
10. J-F. Collignon-S. Lambion (Citroën C2-R2 Max-3/9) +4'06
11. S. Honnay-C. Hanse (Peugeot 306 GTi-3/10) +4’20
12. J-M. Lacaille-E. Dechamps (Peugeot 106 Rallye-1er 3/8) +4’47
13. T. Delrez-C. Chanson (Peugeot 106 Rallye-3/8) +5’17
14. B. De Wilde-M. Salvador (BMW 325i-1er 3/11) +5’36
15. D. Denis-B. Saint-Georges (Citroën Saxo 16v-1er 2/5) +6’46
19. M. Pirnay-K. Heindrichs (Citroën AX-1er 2/4) +7’35

(47 classés)

Prov'Historic PH:

1. Ph. Et D. Czaplicki (BMW 2002-1er PH/17) en 1h12’37
2. V. Niro-D. Derrez (Opel Kadett GT/E-PH/17) +1’15
3. F. Pesser-P. Luis (Opel Ascona B-PH/17) +1’54
4. M. Stickelmann-A. Kalff (Toyota Celica-1er PH/16) +5'02
5. B. Dor-M. Darthois (Opel Ascona B-PH/17) +5‘12
6. N. et V. Gendarme (Ford Taunus-PH/16) +9‘55

(6 classés)

Prov'Historic SR:

Haut de la page

Nos partenaires

speedaction2.jpg - 21.00 Kb