Rallye des Crêtes - La course

Daniel Molter et Stephan Hermann pour conclure !

 

  

Daniel Molter et Stephan Hermann pour conclure !

             Traditionnelle finale de la saison liégeoise des rallyes, le Rallye des Crêtes a attiré la grande foule avec 126 partants. Face à des conditions de route très piégeuses qui voyaient de nombreux concurrents partir à la faute, Daniel Molter (Division 4) et Stephan Hermann (Divisions 1-2-3) émergeaient. En historique, Jean-François Henry et Jérémy Gatez poursuivaient leur moisson victorieuse.

 

A Bellevaux, Jean-Philippe Radoux fait pratiquement partie des meubles au point qu’il n’y compte plus ses victoires. Présent sur une Mitsubishi Lancer Evo9 qu’il affectionne tant, le citoyen de Lierneux était à nouveau bien parti pour s’imposer en D4 (véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition) lorsqu’il était trahi par le pont avant de sa monture. Plus déçu encore de ne pas pouvoir rentrer sa belle dans la salle, comme le veut la tradition locale, que de n’avoir disputé qu’à peine plus de la moitié de la course, il laissait cet honneur à Daniel Molter. Déjà très en verve lors du JMC Rally, le pilote de la Subaru Impreza GT pouvait cette fois concrétiser en dominant allègrement le reste de la meute. Une première victoire au Rallye des Crêtes qui ravissait d’autant plus le pilote qu’elle s’assortissait du titre provincial au niveau liégeois. Parmi ses poursuivants, Olivier Martin (Lancer Evo9) parvenait finalement à prendre le meilleur sur Didier Bosseloir. Victime de sa fougue dans l’avant dernier chrono du jour, le pilote de la Honda Civic R3 devait même laisser filer la Citroën DS3-R3 d’Armand Fumal qui complétait ainsi le podium et décrochait de justesse la victoire dans sa catégorie. Appréciant toujours autant ce parcours difficile, Jean-Yves Laruelle (Lancer Evo9) clôturait le quintet de tête devant la VW Golf de Jean-Marie Dehaye. En classe 12, le pistard Michaël Albert (Peugeot 208 R2) prouvait qu’il sait aussi mettre des gaz en rallye puisqu’il devançait Thibault Radoux (Ford Fiesta R2), secondé par son mécanicien qui avouait avoir un peu de mal derrière les notes.  

 

            Dans les D1-2-3, où les concurrents évoluent exclusivement en pneus de tourisme, le titre faisait l’objet de nombreuses convoitises pour cette dernière joute de l’année. Pourtant, c’est un habitué du championnat national qui allait mettre tout le monde d’accord en la personne de Stephan Hermann et sa diabolique Fiat Punto. Malmené à domicile, la coqueluche locale, Bruno Blaise (Renault Clio), ne pouvait d’ailleurs éviter une erreur éliminatoire au cours du troisième exercice du jour, laissant son rival germanophone filer vers une victoire indiscutable. Egalement à domicile et au volant de l'Opel Corsa appartenant à Blaise, Gaëtan Dupuis faisait même mieux que Bruno avant de subir un déjaugeage synonyme de cruel abandon. Derrière, les prétendants à la couronne nous offraient une superbe bagarre de Clio, non seulement Maxime Warlomont et David Schmetz, dans un mouchoir de poche, mais aussi Raphaël Beaufort qui donnait tout ce qu’il pouvait pour suivre le rythme sur sa version groupe N. Un effort guère récompensé puisqu’un cardan cassé mettait fin à sa course au terme de la deuxième boucle. Même punition, à deux spéciales du terme, pour David Schmetz au volant d'une nouvelle Clio dont il se montrait jusque là très satisfait. Déjà champion au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Maxime Warlomont pouvait faire d’une pierre deux coups en ajoutant le titre liégeois dans son escarcelle. Il n’en oubliait cependant pas son malheureux rival de la saison puisqu’au moment de la cérémonie de remise des prix, il offrait symboliquement sa coupe à un David Schmetz très ému. Le podium était complété par Michaël Henrard (Clio) qui profitait d’une erreur de Nicolas Blérot (Peugeot 205) dans l’ultime spéciale, alors qu’on saluait ensuite les belles victoires de Corentin Tordeurs (Clio) en classe 6 et de Michel Querinjean (BMW 323i groupe 2) en classe 11 pour seulement une petite seconde face à Maxime Hébrant (Opel Manta). Septième, Joël Wolfs n’était pas loin de devancer les deux propulsions sur son inusable Citroën ZX 16v tandis que Marc Bindels (BMW 325i) avait aussi son mot à dire dans une classe 11 décidément très disputée. Enfin, Jonathan Georges (Peugeot 106) nous rappelait que lui aussi dispose d’un excellent coup de volant en prenant le meilleur dans la 3-9. Si Philippe Richard (Clio) fermait le top 10, on aurait également dû y retrouver Jean-Michel Dumont (sortie avec sa Clio), Alain Daco (cardan sur la 306) ou encore Laurent Mottet (soucis moteur sur une autre 306) avant que la dernière boucle ne leur joue de mauvais tours. 

 

            Au sein des autres catégories, la classe 8 perdait rapidement ses « avions de chasses » avec les retraits précoces de Philippe Brion (cardan sur sa VW Polo), Thomas Delrez (sortie en 106), Bastien Rouard (freins sur la Suzuki Swift) ou encore Markus Meyer (boîte cassée pour son retour en Toyota Starlet). Tout profit pour Charles Blérot qui venait à bout de l’opposition de Jean-Marc Lacaille dans un duel de 106. Dans la 2-4, Jonathan Rosen (106) effectuait un cavalier seul, imité par Jean-Michel Daffe (Clio) en classe 3. A l’inverse, Guy Grosjean (205) devait surveiller jusqu’au bout Thierry Halmes (106) dans une classe 5 décimée par les nombreux abandons.

 

            A nouveau bien remplie avec 16 voitures, l'annexe historique saluait le succès de Jean-François Henry (Opel Ascona) qui conclut ici une jolie moisson de victoires consécutives. Il devançait aisément Jean-Marc Joris (Ford Escort MK2) et Christophe Terf  (VW Golf 1 GTi) qui se consolait avec la victoire dans sa catégorie. Même son de cloche pour Jérémy Gatez dans l’annexe réservée aux répliques (S/R pour les voitures qui ne sont plus conformes à la fiche d’homologation d’origine) qui imposait à nouveau sa Citroën Visa devant l’Opel Manta de Michel Moers.

 

Photos: Valentin Mathieu

Division 4 :

1. D. Molter-A. Carabin (Subaru Impreza GT-1er 4/14) en 51’49
2. O. Martin-J. Depierreux (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +1’37
3. A. Fumal-M. Louette (Citroën DS3-R3-1er 4/13) +1’44
4. D. Bosseloir-St.Creffier (Honda Civic R3-4/13) +1’46
5. J-Y. Laruelle-M. Francken (Mitsubishi Lancer Evo10-4/14) +3’07
6. J-M. Dehaye-A. Tychon (VW Golf 3 Kit-Car-4/13) +3’16
7. M. Albert-J-M. Henrard (Peugeot 208 R2-1er 4/12) +3’26
8. Th. Radoux-J. Quiriny (Ford Fiesta R2-4/12) +3‘37
9. G. Lengens-J. Kierens (Renault Clio R3-4/13) +4’25
10. J-P. Destrument-D. Jacob (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +4’36
11. J. Remilly-L. Gillet (Renault Clio RS-4/13) +6’46
12. Ph. Weykmans-H. Driessens (Toyota MR2-4/12) +8’27

(12 classés)

 

 

Divisions 1-2-3 :

1. St. Hermann-A. Maraite (Fiat Punto H-GT-1er 3/10) en 52’01
2. M. Warlomont-C. Demoitié (Renault Clio RS-3/10) +54"
3. M. Henrard-J-M. Lacaille (Renault Clio RS-3/10) +3'04
4. C. Tordeurs-Th. Jadot (Renault Clio RS-1er 2/6) +4'05
5. M. Querinjean-C. Wuidar (BMW 323i Gr.2-1er 3/11) +4‘32
6. M. Hébrant-T. Manconi (Opel Manta i240) +4‘33
7. J. Wolfs-G. Ré (Citroën ZX 16v-3/10) +4’34
8. M. Bindels-Chr. Servais (BMW 325i-3/11) +4’39
9. J. Georges-Chr. Mathieu (Peugeot 106 Rallye-1er 3/9) +5’02
10. Ph. Richard-V. Dalleur (Renault Clio RS-3/10) +5’07
11. J-Fr. Colignon-St. Lambion (Citroën C2-R2 Max-3/9) +5’29
12. H. Charneux-G. Lommers (Peugeot 306 GTi-3/10) +6’05
13. Ch. Blérot-N. Havaux (Peugeot 106 Rallye-1er 3/8) +6’23
14. J-M. Lacaille-E. Dechamps (Peugeot 106-3/8) +6’42
15. A. Marissal-Th. Letawe (Opel Corsa GSi-3/9) +6’46
21. J. Rosen-S. Solheid (Peugeot 106-1er 2/4) +8’20
27. G. Grosjean-Th. Surson (Peugeot 205 GTi-1er 2/5) +10’00
28. J-M. Daffe-P. Declercq (Renault Clio RS-1er 1/3) +10’09

(50 classés)

Prov'Historic PH:

1. J-Fr. Henry-J-L. Dierckx (Opel Ascona B-1er PH/17) en 37’04
2. J-M. Joris-J. Goyens (Ford Escort MKII-PH/17) +2’45
3. Chr. Terf-J-N. Van Houdenhove (VW Golf I GTi-1er PH/16) +3’07
4. S. Cruysberghs-S. Mommen (Talbot Sunbeam-PH/16) +3’36
5. J-L. Hellin-Chr. Dhamen (Opel Kadett GT/E-PH/16) +4‘02

(11 classés)


henry.jpg - 71.76 Kb

Prov'Historic SR:

1. J. Gatez-A. Braem (Citroën Visa-1er PH/SR) en 40’22
2. M. Moers-R. Dehousse (Opel Manta-PH/SR) +32"

 
Haut de la page

Nos partenaires

speedaction2.jpg - 21.00 Kb